lundi 12 novembre 2012

Les Écossais : des berbères comme les autres



Les voies de la génétique sont parfois impénétrables. Le peuple écossais, longtemps considéré comme homogène possédait, pour beaucoup, un ADN celte et nordique. Or une étude menée conjointement par le département d'histoire de l'université de ST Andrews et un spécialiste de la génétique, le Dr Jim Wilson, prouve que les racines de ce peuple, dépassent très largement les frontières des îles britanniques.

Après avoir étudié le patrimoine génétique de plus de 1000 Écossais, sur une période de 4 mois, les équipes de chercheurs ont révélé que le sang des highlanders renfermaient de véritables trésors. Ainsi, 15% des testés seraient des descendants directs de la couronne britannique. Il a également été prouvé que l'acteur Tom Conti appartiendrait à la lignée de Napoléon Bonaparte. Plus surprenant encore, le patrimoine génétique de plus d'une centaine d'écossais sur lesquels les tests ont été pratiqués, montrent une filiation claire avec les peuples berbères, et plus précisément avec des tribus touaregs. Un lignage qui remonterait à plus de 5600 ans !

Les chercheurs expliquent la richesse du patrimoine génétique des Écossais par l'implantation extrêmement précoce de ce peuple dans le nord des îles britanniques, mais surtout par la position géographique du pays, considéré pendant des milliers d'années comme les confins du monde connu. Aucun voyageur ne pouvait aller plus loin que l'Ecosse qui devenait la destination finale d'hommes et de femmes qui y fondèrent leurs familles. Les incroyables résultats de cette étude prouvent qu'il est désormais impossible d'étayer scientifiquement des théories fumeuses selon lesquelles “toutes les civilisations ne se valent pas”.


Même la langue a des origines berbère :

Les opposants à l'hypothèse du celtique insulaire répondent que l'évolution du kw en /p/ est assez superficielle et n'empêcherait pas en tout cas l'intercompréhension. Ils considèrent comme plus profondes les particularités du celtique insulaire : les prépositions fléchies, les mutations consonantiques ou encore l'ordre syntaxique VSO (voir plus bas). Un important substrat afro-asiatique (ibère, berbère) a aussi été proposé par John Morris-Jones pour expliquer l'évolution particulière du brittonique, ce qui a été appuyé par plusieurs autres linguistes connus (Julius Pokorny, Heinrich Wagner, et Orin Gensler). Shisha-Halevy et Theo Vennemann ont poursuivi avec d'autres travaux à ce sujet.

Cette important substrat n'est pas à négligé car si effectivement la langue écossaise a des racines berbère cela soutien la thèse d'une présence sérieuse il y a des dizaines de millier d'année en Europe, on parle alors ici de protocivilisation ibéroberbère.

Les ibéroberbères font parti de la matrice occidental qui relis l'Europe et l'actuel Maroc à une époque il faut le rappeler où la séparation avec l'Afrique n'existait pas. Néanmoins nous reviendrons sur ce sujet à travers un article plus étayé.


Drapeau du Ténérife, Îles Canaries (Berbères Atlantiques)

Autre similitude qu'on pourrait facilement classer au nombre des fantaisies mais qui attire notre intention est ce drapeau du Ténérife (archipel protoberbère) qui est identique à celui de l'écosse. Ténérife signifie en berbère "Tin"(Celle)+"Erifie"(Soif) soit mot à mot "Celle de la soif" autrement dit "l'île de la soif". Que leur drapeau soit le même que celui de l'écosse, peut-être une volonté colonial hispanique de l'époque, mais ceci éveil notre curiosité en tant que berberophiles en espérant qu'un jour la question soit percé par des berbologues.